Inscrivez vous au forum Golfistes.com Se connecter et se déconnecter du forum Rechercher sur le forum Editez votre profil Messagerie Privee La GolfiMap pub
Le portail VW Golfistes Le forum VW golfistes L'agenda des évènements Le Club Golfistes Hebergement d'images gratuit L'annuaire ToO VW
vw vw vw vw vw vw vw vw vw vw vw vw vw
Après l'augmentation du prix de gasoil c'est éthylotest !!
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM -> Le Bar...sans alcool...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Mardi 15 Octobre 2013, 13:36    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L'Allemagne est décidément bien le paradis des amateurs de grosses cylindrées. Une bonne partie du réseau autoroutier du pays, qui couvre la bagatelle de 12 845 kilomètres, n'impose déjà aucune limitation de vitesse. Mais même sur les portions bitumées où la réglementation oblige à la prudence, les contrevenants s'en tirent encore à bon compte. Voyez plutôt... Dans les rues limitées à 50 km/h, un excès de vitesse inférieur ou égal à 10 km/h est réprimandé chez notre voisin par une amende de... 10 euros. En France, le tarif unique pour une telle infraction est de 68 euros accompagné du retrait d'un point sur le permis de conduire. Si vous conduisez dans un village de Saxe ou de Sarre 20 km/h trop vite, votre contravention atteindra, pour sa part, 35 euros contre 135 euros et le retrait de deux points dans l'Hexagone. Et sur une nationale, un conducteur flashé à 100 km/h sur une portion limitée à 50 km/h devra payer en République fédérale 120 euros et perdre 3 points, alors que dans notre pays, un tel excès est synonyme d'une amende forfaitaire de 135 euros, d'un retrait de 4 points, de la suspension du permis de conduire pour une durée de trois ans ainsi que de la... confiscation du véhicule.


Citation:


Lutte contre la délinquance routière ou politique du chiffre ? Un gradé a récemment demandé, par note de service, que les CRS sous ses ordres dressent chacun au moins trois procès-verbaux électroniques (PVe) par vacation, menaçant de ne pas leur accorder de repos en fin d'année. Dans cette note de service datée du 7 octobre, que l'AFP s'est procurée jeudi, le commandant de la CRS autoroutière du sud de l'Ile-de-France invoque une augmentation de l'accidentologie "depuis le mois de juin" et demande que les contrôles soient accrus.

Concernant "l'activité répressive" de ses troupes, il pointe une "baisse de 15 %" en 2013 et recommande "d'être moins indulgents" et de "ne pas hésiter à relever les infractions". "Concernant les PVe", la note indique que ce commandant "a fixé pour objectifs 3 PVe" par fonctionnaire et par vacation "notre mission autoroutière ne pouvant justifier", en raison de la hausse des accidents, "que des agents puissent effectuer une vacation sans constater la moindre infraction". "Actuellement, ce nombre n'est pas atteint", dit-il dans sa note, et "il rappelle que l'octroi de repos supplémentaires en fin d'année s'effectuera au vu de l'activité de l'unité et de l'accidentalité qui en résultera".


"Officiers en gants blancs et père fouettard", a raillé un syndicat de police, Alliance, dans un tract mis en ligne jeudi. Il ajoute avoir "cru comprendre" que "les quotas imposés aux agents autoroutiers des CRS avaient disparu [...] au profit de l'activité qualitative". Interrogée par l'AFP, la Direction générale de la police nationale (DGPN) a nié toute "politique de quotas" de PV "au plan national". Elle a précisé que la direction des CRS incite au "recours plus fréquent aux PVe", au lieu des carnets de PV à souches manuels. "C'est un système sécurisé", a-t-elle argué. Alliance dit avoir saisi de ce sujet le directeur central des CRS. La même note évoque aussi la déontologie ou les aspects matériels des CRS. Concernant leurs véhicules, elle précise qu' "en cas de crevaison il est formellement interdit de circuler avec un pneu crevé" et que si le fonctionnaire ne peut procéder "au changement de roue", une "solution de dépannage doit être trouvée". Tout manquement sera aussi sanctionné, prévient la même note.


Liberté, égalité, fraternité Soldier

_________________
Flat out!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Samedi 30 Novembre 2013, 21:55    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.lepoint.fr/auto-addict/securite/radars-l-etude-de-l-insee-qui-tue-29-11-2013-1763223_657.php

Un bon pavé dans la marre!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Jeudi 16 Janvier 2014, 18:19    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Cher ami,

La petite équipe de la Ligue de Défense des Conducteurs été reçue mardi dernier par le sous-directeur de la délégation interministérielle à la Sécurité routière, pour lui remettre la pétition contre la baisse des limitations de vitesse signée par plus d’un million de Français.

Pendant deux heures, cet entretien nous a permis de dénoncer, point par point, la répression excessive que subissent les conducteurs, tout particulièrement la posture obsessionnelle des pouvoirs publics à l'égard de la vitesse.

J'ai aussi rappelé un principe bien simple, mais que les pouvoirs publics semblent souvent oublier : les conducteurs sont les premiers concernés par la sécurité routière, il n'y a donc aucune raison de les exclure de cette politique. Et encore moins les traiter d'emblée comme des "délinquants" ou "chauffards" !

Au cours de cet entretien, où le sous-directeur s’est montré particulièrement attentif à nos arguments, nous avons pu présenter les actions de la Ligue de Défense des Conducteurs, notamment Activ’Route dont l’objectif est de mettre les pouvoirs publics face à leurs responsabilités en ce qui concerne le mauvais état des routes.

Cet entretien donne le "la" pour 2014.

Nous avons été reçus parce que la Ligue de Défense des Conducteurs a mobilisé plus d'un million de conducteurs.

Et nous sommes ressortis de l'entrevue avec une certitude : en 2014, plus que jamais, les conducteurs doivent rester mobilisés contre les excès de la répression routière.

Ici, à l'association, notre petite équipe s'y emploiera ! Et j'espère que je peux également compter sur vous pour rester mobilisé à nos côtés.

Car voici les actions stratégiques qu'avec votre soutien, nous devons mettre en œuvre en 2014 :

1. Dénoncer sans relâche le business de la répression routière. Tant que durera la collusion entre de grandes entreprises qui ont un marché à développer sur 40 millions de conducteurs et l'Etat à qui elles servent sur un plateau un impôt facile et fructueux, la répression routière sera sans cesse accentuée.

2. Mettre la pression sur le Délégué à la Sécurité routière pour qu'il mette un terme au déploiement des radars mobiles embarqués. Camouflés dans des véhicules en circulation, vous flashant dans les deux sens n'importe où et n'importe quand, ils poussent la logique du Big Brother au-delà de l'acceptable.

3. Harceler le Conseil national de Sécurité routière et le ministre de l'Intérieur jusqu'à ce qu'ils renoncent définitivement à leur projet de baisse des limitations de vitesse. S'il était appliqué, ce serait l'explosion immédiate du nombre de PV, de retraits de points et de permis.

4. Exercer une veille minutieuse pour empêcher les maires d'augmenter le PV de stationnement jusqu'à 36 euros.

5. Réaliser de nouvelles études pour contrer le dogme anti-vitesse, aux allures faussement scientifiques, qui justifie tous les abus de la répression par les radars.

6. Développer Activ'route, notre réseau de signalement des endroits dangereux, pour obliger les pouvoirs publics à entretenir et réparer les routes au lieu d'investir l'argent dans les technologies répressives. Les infrastructures sont en cause dans 40 % dans accidents mortels !

Nous devons absolument avoir les moyens d'appliquer ce programme pour nous battre sur tous les fronts. Vous seul et les autres membres de l'association pouvez nous y aider.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

CHampi
Nouveau Golfiste
Nouveau Golfiste


Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 10
Ville: Rozay en brie
Département: 77
Pays: France

MessagePosté le: Mercredi 02 Avril 2014, 00:43    Sujet du message: Répondre en citant

Automobiliste pompe a fric !

Le gouvernement nous prend pour des pigeons.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Mardi 22 Avril 2014, 20:52    Sujet du message: Répondre en citant

Quand un ex commissaire de police (au patronyme de circonstances en prime), donne son avis sur un sujet du moment, cela fait sauter pas mal de préjugé!!!

Citation:
SECURITE ROUTIERE - Le commissaire Philippe Vénère, intervenant d'un colloque ce mardi au Sénat, s’indigne contre la proposition de diminuer la vitesse sur les routes secondaires…

Dix jours après les manifestations de «motards en colère» contre la baisse de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, les opposants à ce projet se réunissent mardi au Sénat pour «sensibiliser les parlementaires». Selon les experts, cette recommandation pourrait épargner 450 morts chaque année. Le 16 mai, le Comité national de la sécurité routière (CNSR) donnera un avis consultatif…

L’ancien commissaire de police Philippe Vénère est un des intervenants de ce colloque. Cet ex-flic atypique explique à 20 Minutes les raisons pour lesquelles il s’oppose à ce projet.

Pourquoi êtes-vous contre la baisse de la limitation de vitesse?

C’est une absurdité qui repose sur aucun chiffre tangible et vérifié. Les partisans de la limitation s’appuient sur aucune réalité scientifique. Depuis 2003, les radars ont sauvé moins de 800 vies en dix ans. Autrement dit 80 par an. Je suis heureux qu’il y ait moins de morts. Mais on a sauvé plus de vies humaines grâce aux progrès techniques des voitures (ABS, Air bag, ceintures de sécurité…) qu’en baissant la vitesse.

Sur le périphérique, la vitesse a été ramenée à 70 km/h…

Oui et la pollution a-t-elle baissé? Non. A la place, on a 1.200 PV de plus chaque jour lié à la vitesse. Ce n’est pas de la prévention. J’appelle cela l’exploitation de la répression. Quand un radar fait moins de 5 PV par jour, on envoie des équipes pour voir s’il n’a pas été vandalisé ou si on peut le mettre ailleurs. Preuve qu’on est dans une logique de rentabilité.

Alors que faut-il faire pour baisser la mortalité sur les routes?

Il faut en premier lieu apporter une meilleure formation aux apprentis conducteurs et pourquoi pas en organisant une remise à jour pour les conducteurs âgés. Ensuite, il faut améliorer l’état des routes secondaires en forçant l’Etat à s’y engager à nouveau. Enfin, plutôt que d’installer un radar sur les zones à risques, pourquoi ne pas faire en sorte que les risques ne soient pas pris. En créant des terre-pleins centraux, en équipant de pistes cyclables les bas-côtés, en assurant une présence physique des policiers et gendarmes sur les routes…

La vitesse n’est donc jamais responsable?

Elle vient en quatrième position des causes d’accidents mortels. Au même titre que la fatigue ou l’inattention au volant. Avant, il y a l’alcoolémie, la toxicomanie et les infractions graves au code de la route. C’est à ces facteurs-là qu’il faut s’attaquer en premier.

Alors pourquoi les associations de victimes de la route pointent du doigt la vitesse?

Elles sont en plein dans le dogme. On les a endoctrinées en leur disant que depuis 1972, le nombre de morts a baissé car on a réduit la vitesse. Ce qui est totalement faux. Si l’accidentologie mortelle a baissé, c’est grâce à une très grande progression dans la sécurité des véhicules. D’ailleurs, les fous du volant qui veulent appuyer sur le champignon n’ont rien à faire qu’on abaisse la vitesse à 80 km/h.

Manuel Valls veut passer sous la barre des 2.000 morts d’ici à 2020. Est-ce possible?

Ce n’est pas possible. En tout cas pas si on s’en tient uniquement à la vitesse. Il va falloir surtout s’intéresser de près aux alcooliques.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Patrice13
Golfiste motivé
Golfiste motivé


Inscrit le: 07 Mar 2013
Messages: 1139
Ville: Tarascon
Département: 13
Pays: France

MessagePosté le: Mardi 22 Avril 2014, 21:21    Sujet du message: Répondre en citant

Et oui c'est bien vrai
Au lieu de faire de la répression il ferait mieux de faire de la prévention mais c'est toujours pareil ça
ça ne rapporte rien
Acheter une auto mettre un radar hors de prix à l'intérieur et payer 2 personnes pour promener toute la journée ça rapporte nettement plus et tous cela avec nos impôts bien sur.
Tous ce qui compte c'est le fric le fric.
De baisser la vitesse de 10km/l sur les rte secondaire va rapporter un max a l'etat mais ou va cette argent?
Certainement pas à la réfection des routes.
Et comme dit l'autre c'est juste mon avis......

_________________
Une one sinon rien
Ma one
http://www.golfistes.com/viewtopic.php?t=143413
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Lundi 09 Juin 2014, 13:13    Sujet du message: Répondre en citant

Fournée suivante, en attendant les départementales à 80. Au vue de la manipulation de l'information sur les derniers carton routier ça devrai plus tarder. Allez je parie sur lundi prochain (le 16/06/2014 donc)!!!

Citation:
Souvenez-vous. En juillet 2013, on multipliait le nombre de radars automatiques sur le Périphérique parisien, et en janvier dernier dernier, on abaissait la limitation de vitesse de 80 à 70 km/h. Résultat : 20 % de PV en plus… Belle opération financière !

Du coup, le Gouvernement risque bien d’appliquer la même méthode au réseau secondaire : seront déployés avant l’été 31 radars embarqués supplémentaires, cette fois cachés dans des Citroën Berlingo, après les Peugeot 208 et Renault Mégane. Au total, ce seront 150 de ces voitures banalisées qui vont sillonner tous les départements de France métropolitaine, officiellement pour ‘lutter contre les excès de vitesse importants commis par une minorité d’usagers qui continuent à ne pas respecter les règles, et qui mettent en danger leur vie et celles des autres’, selon le communiqué de presse de la Sécurité routière. Celle-ci ajoute : ‘En quinze mois de fonctionnement, ces dispositifs ont généré 270 000 procès verbaux pour excès de vitesse’. Un chiffre drôlement élevé pour une minorité ! Surtout quand on sait que les excès supérieurs à 30 km/h représentent moins de 0,7 % du total… Il n’est d’ailleurs pas prouvé que les automobilistes coupables de ces infractions causent plus d’accidents que les autres.

En fait, si elle a été mise en stand-by pour éviter de trop fâcher les électeurs avant les européennes (avec le succès que l’on sait…), la mesure voulue par Manuel Valls, consistant à réduire la vitesse maxi de 90 à 80 km/h sur les départementales, risque bien d’entrer en application… Une fois que les radars embarqués seront tous en activité. On pourrait hurler au racket, mais ce serait bien sûr faire preuve de mauvais esprit.


Source: Speedfans
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Mardi 17 Juin 2014, 13:17    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Après plusieurs mois de discussions, le CNSR a voté, ce lundi, une recommandation favorable à une expérimentation du 80 km/h sur les voies bidirectionnelles sans chaussées séparées.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est donc prononcé en faveur d'une limitation de la vitesse autorisée à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur certains segments routiers très accidentogènes. Un compromis qui sera peut-être suivi d'effet au niveau national, mais sans qu'on ne sache quand, ni comment...

Les experts avaient expliqué, en octobre 2013, qu'en limitant la vitesse autorisée de 90 à 80 km/heure, il serait possible d'épargner "de l'ordre de 350 à 400 vies par an". Ceci bien entendu, en partant de données brutes sorties de tout contexte réel, c'est à dire sans tenir compte de la dangerosité supérieure de certaines portions. Ou comment généraliser et imposer à tout le monde une contrainte inadaptée sur la majorité des routes pour quelques cas particuliers !

Alors si on laisse parler bêtement les statistiques, on est en droit de se demander aussi pourquoi la majorité des contrôles de vitesse ont lieu sur les autoroutes alors que ce sont précisément les routes les moins dangereuses de France. On se demandera aussi pourquoi l'alcool est le premier facteur de mortalité routière, bien avant la vitesse, et que rien n'a été proposé de concret pour améliorer les choses dans ce domaine depuis des années...

Vous avez dit argent facile ?


Source: Automobile Sportive.com

Petite victoire, mais restons prudent car ce qui n'est pas passée par devant, passera par derrière (souvenez vous le traité de constitution européenne)!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Vendredi 11 Juillet 2014, 22:27    Sujet du message: Répondre en citant

Lettre de Maitre Jean Baptiste Iosca, avocat spécialiste en droit routier a l'intention de la Perrichon, en réaction a sa réponse le concernant dans une émission
C'est vraiment a lire
"Entre toi, et moi, c’est une histoire compliquée. C’est dommage. Dans une autre vie, nous aurions pu être amis. Peut-être même plus ? Je t’avoue, cette perspective me titille un peu le levier de vitesse (non je plaisantais tu t’en doutes). Mais évitons les sorties de route, nous savons tous les deux à quel point tu détestes ça.

Pardon de te tutoyer, mais saches que chez moi, c’est une marque de sympathie et de respect. Il faut dire que malgré nos différences, nos parcours sont un peu parallèles. Lorsque tu es devenue présidente de la ligue contre la violence routière en 2002, je commençais ma carrière d’avocat spécialiste du code de la route. Lorsque tu t’apprêtais à faire de nos écarts au volant la cause de toute une vie, je m’apprêtais à faire de même.

Bien sûr, à première vue, nos points communs s’arrêtent là. Peut-être en avons nous d’autres. Moi j’aime la bonne chair, les week-ends à la campagne, l’art contemporain. Je place l’amour -de mes proches, de ma famille, de mes amis – au-dessus de tout. Car je te l’avoue sans gêne, je suis un grand sentimental. Un rien m’émeut. Peut-être que toi aussi … après tout.

A vrai dire j’en doute un peu. Car quand je t’écoute, je ne perçois qu’une seule chose : la haine. Celle des conducteurs bien sûr, génocidaires patentés qui méritent le goulag pour un clignotant défaillant. La haine du législateur aussi, trop souple, trop mou, trop laxiste. La haine des autres en général, spectateurs indifférents et donc forcement complaisant d’un holocauste quotidien.

A cette liste, il faut ajouter une haine supplémentaire : la haine de moi. Le 9 avril dernier, dans l’émission « Le Grand journal » de Canal+, tu as jeté mon livre « 65 astuces légales pour garde ou récupérer son permis de conduire » par-dessus la table. Un geste accompagné de ce commentaire : « Il fait partie de ces avocats qui n’ont aucun talent. Ils utilisent les dysfonctionnements, qui existent hein, dans le droit administratif, et moyennant 5000 €, ils essaient de faire en sorte qu’on récupère son permis ».

En voyant cette séquence, ma première pensée a été de supposer que tu avais pris un PV avant de venir. J’aurais compris : c’est assez désagréable. J’aurais bien proposé de te le faire sauter, mais tu vas encore rouspéter.
Ma deuxième pensée a été de me dire que tu faisais un regrettable contresens. Ça arrive. Je ne sais pas si j’ai du talent, ou en tout cas, ce n’est pas à moi de le dire. En revanche, j’ai un diplôme. Un diplôme de droit. C’est sans doute ici la principale de nos différences. Je ne sais pas trop quel est ton parcours de vie, et donc d’où tu tires ta légitimité, car il est curieusement difficile de dénicher des éléments de biographie sur Google. Moi, c’est le goût du droit qui m’anime. Le même goût du droit qui anime ces centaines de juges qui, depuis plus de dix ans, ont annulé les retraits de points ou de permis que je leur ai soumis. A tes yeux, ils sont complices. Aux yeux de l’État républicain dans lequel nous sommes, ils sont les garants de notre liberté. Ce que tu appelles des « dysfonctionnements » n’en sont pas : ce sont des atteintes aux droits, et donc à la liberté. Un État qui permet de parer ces atteintes aux droits s’appelle une République. L’État dont tu rêves, où les règles sont à géométrie variable, où le droit s’adapte à chacun de façon arbitraire sans possibilité de se défendre, les historiens ont un nom pour cela : la dictature.

Ta dernière erreur concerne mes honoraires. Je ne prends pas 5000 €, mais beaucoup moins. Et si un jour, comme d’autres célébrités hérauts des grandes causes et des bons sentiments, tu pousses anonymement la porte de mon cabinet un brin gênée de devoir faire appel à me services, je te ferais un bon prix. J’irais même plus loin : je t’offrirais gracieusement mon livre, ce livre honni que ton coup d’éclat a fait remonter illico dans le top 5 du classement des meilleures ventes en libraires.

Ce jour-là, soyons réaliste, je ne gagnerais ni ta sympathie, ni même ton respect. Moi, je gagnerais juste une cliente, et de quoi rembourser le crédit de ma voiture. Une voiture avec laquelle je pourrais continuer de rouler, heureux et serein, sur les routes de campagne de ce magnifique État de droit qu’est la France. Et en respectant, autant que possible, les limitations de vitesse. Le cas échéant, ne t’inquiète pas pour moi, je trouverais bien un moyen de faire sauter la contravention, le retrait de points et l’amende.
Je t’embrasse."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Jeudi 11 Septembre 2014, 19:44    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Les pouvoirs publics sont en train de tester l'opinion publique pour évaluer le nombre de nouvelles mesures de répression routière qu'ils vont pouvoir nous imposer d'ici la fin de l'année. Aidez-nous à faire barrage de toute urgence en montrant que l’opinion publique est majoritairement CONTRE cette nouvelle augmentation de l’impôt-routier ! Signez maintenant la pétition "Non aux nouvelles mesures répressives sur les conducteurs !".



Chère Madame, Cher Monsieur,

Je me suis longuement entretenue avec Jean-Robert Lopez, le Délégué interministériel à la sécurité routière qui m'a reçue pendant deux heures, vendredi dernier, dans ses bureaux rattachés au ministère de l'Intérieur.

Lors de cet entretien, il a lâché cette phrase énigmatique, sans accepter d'en dire plus : "dans 3 ou 4 jours, vous entendrez parler des radars"…

La réponse est tombée ce matin !

Le journal Le Parisien vient en effet de révéler l'existence d'un rapport remis en juillet au ministre de l'Intérieur, qui était jusqu'ici tenu secret, et qui liste, sur 319 pages, toute une série de nouvelles mesures qui vont décupler la capacité de verbalisation des pouvoirs publics. Il s'agit à l'évidence d'une "fuite médiatique" savamment orchestrée pour tester les Français sur ces nouvelles mesures répressives.

Toutes ces mesures sont "à l'étude" et le ministère de l'Intérieur est en train de prendre la température de l'opinion publique. Peuvent-ils en mettre en œuvre une, deux, trois, … toutes ?

Tout dépendra du niveau de réaction des Français.

C'est pour ça que je vous demande de signer immédiatement la pétition "Non aux nouvelles mesures répressives sur les conducteurs" en cliquant ICI.

C'est très important. Car, si elles sont appliquées, ces mesures seront des armes de contraventions d'une puissance jamais égalée.

Il s'agit de :

- dresser des PV "à la volée" : Distance de sécurité non respectée ? Le téléphone à la main à l'arrêt dans les embouteillages ? Un stop marqué moins de 4 secondes ? Le policier n'a même plus besoin de vous arrêter. Il clique sur sa tablette et vous recevrez le PV dans votre boîte aux lettres dans quelques jours ou quelques semaines. Les PV vont fuser !!! Et allez contester ensuite…

- accroître la "vidéoverbalisation" en ville : nos villes vont être truffées de caméras-vidéo et on va embaucher des milliers de fonctionnaires pour regarder des écrans-vidéo à longueur de journée et repérer que vous avez mordu sur le couloir de bus ou que vous n'avez pas pilé au feu orange ! Et allez, encore des PV par centaines de milliers !

Le fameux "1984" de Georges Orwell est enfoncé à plate couture.

- permettre aux radars de vérifier la date de validité de votre papillon vert d'assurance. Combien de personnes vont se faire verbaliser à la chaîne parce qu'elles n'ont pas encore installé leur nouveau petit papillon vert ?

Ou encore de :

- multiplier les radars double-face. Ca, c'est du grand classique. Du radar automatique, ça fait dix ans qu'on en mange. Dix ans qu'on se fait racketter pour quelques malheureux kilomètres au-dessus de la limite. C'est juste un nième perfectionnement de ces encaisseurs d'impôt-vitesse.

- abaisser le taux d'alcool autorisé pour les jeunes conducteurs à 0,2 gr/l. Quand on sait que c'est un taux d'alcool supérieur à 1,5 gr/l qui est incriminé dans plus des deux tiers des accidents mortels impliquant un conducteur ivre, on ne voit pas bien l'utilité de cette nouvelle mesure… Sans parler du fait que retirer 6 points pour 1 verre d'alcool à un conducteur qui conduit depuis moins de trois ans, c'est lui retirer ni plus ni moins son permis, alors qu'il est déjà extrêmement difficile de passer son permis tellement les délais sont longs et le prix élevé !

Un beau cheval de Troie pour, dans la foulée, faire passer un maximum des mesures ci-dessus.

Si nous ne réagissons pas très vite et très massivement à ces nouvelles mesures répressives, il ne fait aucun doute qu'ils vont mettre le paquet !

Car ils cherchent désespérément de l'argent : l'année dernière, les radars ont moins flashé et l'Etat a eu un "manque à gagner" de 100 millions d'euros par rapport à ce qu'il pouvait escompter encaisser.

S'il vous plaît, signez immédiatement la pétition que nous avons préparée, pour les empêcher de mettre en application leurs nouvelles mesures répressives.

Je vous demande aussi de transférer cet email à un maximum d'amis.

Et, si nécessaire, rappelez-leur que, contrairement à ce que veut leur faire croire la propagande officielle, ce harcèlement répressif n’a aucun effet sur la baisse de la mortalité routière.

Depuis près de 40 ans, grâce aux extraordinaires progrès des voitures qui permettent d'éviter les accidents (abs, ...) ou d'en minimiser les conséquences (airbags,...), grâce à l'amélioration du réseau routier (revêtement réduisant les distances de freinage, …), grâce à la rapidité accrue des secours et aux progrès de la médecine, grâce aux campagnes de prévention contre l'alcoolisme au volant qui ont à l'évidence modifié les comportements, grâce aussi à des contrôles ciblés et pertinents… on a sauvé de nombreuses vies. Mais pas grâce aux radars !!

Aujourd'hui, avec les mesures "à l’étude" que les pouvoirs publics veulent faire passer, il s’agit encore de verbaliser le plus possible des millions de citoyens qui n'ont pas une conduite dangereuse et d'encaisser les recettes des PV de plus en plus vite.

S'il vous plaît, signez vite votre pétition et transférez cet email à vos amis et relations.

Très cordialement,



Christiane Bayard

Secrétaire générale




23, avenue Jean Moulin 75014 PARIS

Non l'Etat n'abandonne pas son "jouet" favori, nouvelles salves!!! Soldier Soldier Soldier
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Mardi 16 Décembre 2014, 18:09    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Sécurité routière : plus de radars et plus de morts en 2014

Citation:
Un titre aussi provocateur n'a évidemment pour autre objectif que de faire ouvrir les yeux sur une triste réalité de la sécurité routière : en comparaison avec les 11 premiers mois de 2013, l'accidentalité enregistre en 2014 une augmentation de 5% des personnes tuées. Avec 279 personnes tuées sur les routes le mois dernier, contre 252 en novembre 2013, les accidents mortels augmentent même de 10,7%.

Certains medias et associations se jettent immédiatement sur cette "hausse spectaculaire" (sic) et y voient le signe qu'il est impératif de réduire la vitesse à 80 km/h sur les routes nationales. D'autres vont nous dire qu'on ferait mieux de revenir à la charrette à cheval, beaucoup plus sûre et écologique et enfin, les fabricants de radars ne vont sans doute pas louper une occasion pour refourguer quelques appareils supplémentaires "dernier cri", capable de vous prendre par devant et par derrière (c'est à peine imagé), à un ministère devenu plus accroc à cette source d'argent facile qu'un dealer des cités (708 millions d'euros de recettes en 2013).

Le constat global reste pourtant celui d'un échec, celui de la politique de sécurité routière répressive menée depuis une dizaine d'année. Ayant axé la force de frappe essentiellement (pour ne pas dire uniquement) sur la victimisation des excès de vitesse, on a tapissé les routes de radars de toutes sortes (180 véhicules de radars mobiles, 2187 radars fixes, 661 radars embarqués, 222 radars discriminants, 91 radars "tronçons" et 886 radars pédagogiques sont déployés au 1er décembre 2014), justifiés à grand renfort de statistiques. Mais nos responsables doivent désormais admettre que cela ne fonctionne plus, ou pas. Un effet de seuil est prévisible, inévitable et il semblerait qu'on y soit déjà arrivé.

Car, non, la sécurité routière et l'accidentologie ne sont pas une science exacte régie par une formule mathématique qui permet de tracer une ligne à la règle pour établir des projections chiffrées hypothétiques. Si la somme des hasards qui conduit un individu à un accident tragique était aussi simple que « 1 km/h en moins = 4% de morts en moins » il suffirait de baisser de 25 km/h les limitations de vitesse pour avoir 100% de morts en moins sur les routes. Pourquoi faire les choses à moitié si on connaît la solution depuis si longtemps !? Or, la seule chose qu'on mesure avec certitude, c'est l'aberration de la chose.

Il suffit d'ailleurs de lire les rapports de l'Observatoire national interministériel de la Sécurité routière (ONISR) pour comprendre que l'enjeu du problème se situe bien ailleurs. Derrière l'écran de fumée statistique savamment interprété par les diverses associations anti-bagnole, le mois de novembre 2014 confirme la tendance de ces derniers mois, à savoir, une hausse de la mortalité, certes, mais principalement chez les usagers vulnérables que sont les piétons, + 15%, les cyclistes, + 5% et les cyclomotoristes, + 9%. Autrement dit, c'est surtout dans les villes que le problème se trouve, hors on continue à traquer les délinquants qui se risquent à rouler à 150 km/h ou plus sur des autoroutes où l'endormissement demeure la première cause de mortalité. Vous avez dit cynique ? non, ça ce n'est rien encore...

Sur les millions de voitures, vélos, motos et piétons qui ont circulé chaque jour en novembre dans toute la France, on mesure donc un écart de 27 morts. S'il ne faut pas évidemment pas remettre en cause les drames familiaux qui accompagnent ces accidents mortels, il est malgré tout impératif de remettre ces chiffres dans un contexte global.

100.000 morts par an liés au tabac, on fait quoi ? On augmente le prix du paquet de cigarettes.

40.000 morts par an dus au Diesel, on fait quoi ? D'abord on subventionne l'achat de petites citadines Diesel sans FAP avec un bonus "écologique" et ensuite on augmente le prix du litre de Diesel avant de se demander si on ne va pas carrément interdire le Diesel en ville (ce que fait l'agglomération de Tokyo depuis des lustres au passage). Là, on peut véritablement parler d'incompétence totale chez nos politiciens ou, pire, de cynisme voire de foutage de gueule absolu.

20.000 morts par an dus aux accidents domestiques, on fait quoi ? Bon, vous avez compris l'idée.

Bref, il convient de rappeler que la principale cause de mortalité sur la route, n'est PAS la vitesse. C'est un ensemble de facteurs parmi lesquels une météo peu favorable, évidemment écartée des variables mathématiques du modèle.

Si on décortique les principales causes d'accidents mortels en France (source Prévention Routière), on trouve en tête de liste la conduite sous influence de l’alcool. L’alcoolémie positive d’un conducteur est en cause pour 30,9% des tués sur la route. Peut-on espérer que les conducteurs "bourrés" seront moins dangereux avec une limitation à 80 des nationales ?

La survitesse vient ensuite, dans 25% des cas. Sur environ 4000 morts, nous en avons donc un millier qui roulait effectivement trop vite par rapport à al vitesse en vigueur sur le lieu de l'accident. Reste à savoir dans combien de cas cette survitesse a été la conséquence de la première cause, l'alcool, à laquelle il convient d'ajouter les stupéfiants, constaté dans 14,5% des accidents mortels en 2012. Ce n'est donc pas simple d'établir des faits chiffrés, surtout lorsque les principaux intéressés ne sont plus là pour témoigner.

Mais en schématisant à peine, imposer à tout le monde de rouler à 80 km/h sur les nationales revient à pénaliser 99,99% des gens qui ont une conduite sans accident pour protéger 0.01% d'usagers dont on considère que la vitesse a entraîné des décès. Ce serait donc un choix de société très fort dans ses implications, comme le fût en son temps le passage de 60 à 50 en ville. A la différence que ce dernier reposait sur des vraies données scientifiques, dont la première est la résistance du corps humain lui-même.

Ce qui nous amène à la 3ème cause de mortalité : le non-port de la ceinture. Aussi stupéfiant que cela puisse paraître, 21% des tués dans les véhicules n’avaient pas leur ceinture au moment de l’accident. Pour protéger ceux-là, il faudrait imposer les limitations à 50km/h sur toutes les routes, et encore...

Viennent ensuite des facteurs soit significatifs d'un manque de pédagogie et de responsabilité d'une partie des conducteurs, comme le téléphone au volant (2% des infractions en 2011) et le non respect des distances de sécurité (6,1% des tués de la route et 16,4% des blessés) ou encore de facteurs sur lesquels on n'aura jamais d'emprise comme la fatigue et la somnolence au volant (apparaît dans 8% des accidents mortels sur l'ensemble du réseau et c'est même l’un des principaux facteurs d’accidents sur les autoroutes), ou enfin la présence d’un obstacle fixe (arbre, véhicule stationné, glissières, mur, poteau, panneau de signalisation, bordure de trottoir, fossé etc.), facteur présent pour les accidents occasionnant 43% des tués.

Alors soyons réalistes, le risque zéro n'existe jamais, dans aucune activité humaine et l'objectif de "zéro mort" sur les routes restera toujours une marotte de politiciens et d'associations pour justifier des mesures toujours plus privatives et déresponsabilisantes. De nombreux pays ont déjà fait ce constat, comme l'Angleterre qui faute d'avoir encore les moyens d'entretenir son parc de cabines radars en a désactivé un grand nombre sans constater pour autant une hausse de sa mortalité routière.

De leur côté, les constructeurs et ingénieurs, eux, travaillent vraiment à améliorer notre sécurité. Très probablement, la voiture autonome sera la seule véritable prochaine avancée majeure en matière de sécurité routière puisqu'elle écartera le principal facteur variable et incontrôlable de l'équation : l'humain...

Source: Automobile Sportive
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Dimanche 11 Janvier 2015, 18:06    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.radarmobilenouvellegeneration.com/recensement.php

Histoire de voir et connaitre le ou les "engins de malheurs" de votre département!!![/quote]
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Vendredi 10 Avril 2015, 20:31    Sujet du message: Répondre en citant

Presque un an après, on repart pour un tour!!! Soldier
Citation:
Madame, Monsieur,

Les pouvoirs publics sont en train de finaliser un plan à grande échelle pour prendre les conducteurs en tenaille : baisser les limitations de vitesse, et installer des radars-pièges.

Ils ont déjà commencé à tester en catimini leurs techniques d'arnaque un peu partout en France.

Première technique de racket : déplacer un panneau ou un radar pour augmenter les flashs. C'est comme ça que près d'Orléans, un radar s'est soudain mis à flasher à 50 et non plus 70 km/h : ils avaient bougé le panneau de sortie du village pour le mettre derrière le radar…

Autre technique : abaisser la vitesse près des radars. Exemple : 70 au lieu de 90 km/h pour le radar qui a le plus flashé en France en 2014. Résultat : 5,4 millions d'euros de racket à lui tout seul !

Et quand un radar ne flashe pas assez à leur goût, même traitement ! Près de Dieppe, en Normandie, ils viennent d'abaisser la vitesse au niveau de l'un des radars qui flashait le moins en France, pour qu'il rapporte plus.

Ca marche tellement bien que l'an dernier, les radars ont flashé plus de 20 millions de fois !

Et on ose encore nous affirmer que les radars ne sont pas là pour récolter de l'argent ? Chaque année, la répression routière ponctionne 1,7 milliard d'euros aux conducteurs.

Ce juteux pactole, le gouvernement a bien l'intention de le faire fructifier. Et pour ça, il veut abaisser la vitesse à 80 km/h sur les départementales et les nationales.

Seule une mobilisation massive de tous les citoyens et conducteurs responsables, qui n'en peuvent plus de ce racket permanent sur les routes, permettra de faire barrage à ce projet scandaleux.

Nous devons agir vite !

Car en ce moment-même, le gouvernement est en train de mettre au point la prochaine étape de son plan pour taxer et pressurer au maximum les conducteurs avec les radars.

Voilà comment ça s’est passé :

L'année dernière, le gouvernement a essayé une première fois de faire passer un abaissement de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire.

Au mois de juin, à force d'alerter et de mobiliser les Français, les membres de la Ligue de Défense des Conducteurs ont réussi à empêcher la généralisation du 80 km/h avec notre pétition "Non à la baisse des limitations de vitesse", signée par 1,5 million de personnes.

Face à toutes ces pétitions, que je suis allée lui remettre place Beauvau, le ministre de l’Intérieur n’a pas eu d’autre choix que de faire machine arrière.

Mais à peine un an après, le voilà qui remet ça sur le tapis. Au mépris de tous les citoyens qui lui ont fait part de leur opposition, au mois de mai prochain, il lancera sa grande "expérimentation" de l'abaissement de la vitesse à 80 km/h.

Et il a tout prévu pour que cette fois-ci, son tour de passe-passe fonctionne :

Il va abaisser la vitesse sur quelques routes. Puis il va nommer quelques personnes pour qu'elles décident, en regardant les résultats et en allant sur le terrain, si cette baisse de la vitesse est "efficace" ou pas.

Et ces personnes, savez-vous qui c'est ? Ce sont des membres d'une instance appelée Conseil national de la Sécurité routière (CNSR). Des experts en la matière, pourrait-on penser, impartiaux et indépendants. Sauf que quand on regarde le pedigree de ces pseudo-experts, on peut s'attendre au pire.

On y trouve par exemple :

- un psychologue pour qui la voiture libère les "pulsions" qui sont en nous. Autrement dit, pour lui, nous sommes tous des bêtes sauvages et des fous furieux en puissance…

- ou encore une présidente très connue d'une association anti-voitures, qui nous traite d'assassins à la moindre occasion, et qui fait le forcing auprès du ministre et dans les médias pour abaisser massivement toutes les limitations de vitesse.

Au final, c'est le CNSR dans sa globalité qui milite depuis des mois pour le passage à 80 km/h !

C'était déjà le CNSR, au moment des premiers radars automatiques en 2003, qui se "félicitait de l'installation des radars" et qui "engageait le Gouvernement à poursuivre cette politique".

Et à l'époque, déjà, les pouvoirs publics nous avaient fait le coup de la pseudo-expérimentation, validée par la "caution scientifique" du CNSR….Résultat, il y a plus de 4 200 radars sur les routes de France aujourd'hui.

Alors c'est sûr : si on laisse le champ libre au CNSR sur le terrain pour cette "expérimentation", plus rien ne pourra arrêter leur machine bien huilée. Et demain, c'est le 80 km/h qui nous attendra sur tout le réseau secondaire !

C'est pourquoi tous ceux qui, comme vous et moi, ont besoin de leur voiture pour se déplacer, doivent se mobiliser d'urgence pour faire barrage à leur projet de généralisation du 80 km/h.

Signez-vite la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs au ministre de l'Intérieur, et aidez-nous à agir sur le terrain pour tuer leur projet dans l'œuf !

Sinon vous imaginez ce qui va se passer, si toutes les départementales et les nationales sont à 80 ?

Non seulement on va rouler à la queue leu leu, comme des tortues…

…mais surtout, on ne va plus pouvoir faire un seul trajet sans passer à la caisse !

Le 80 km/h, ça veut dire :

-2, 3, voire 4 fois plus de PV qu'aujourd'hui ;

-Pertes de points à la chaîne, et pour beaucoup de conducteurs, l'obligation de faire un stage de récupération de points ;

Sans parler des pertes de permis. Rendez-vous compte : aujourd'hui, ce sont déjà environ 240 000 personnes qui perdent leur permis chaque année. Et un tiers d'entre elles perd son emploi par la suite, alors que le taux de chômage explose dans le pays…

Nous ne pouvons pas tolérer ça !

C'est pour empêcher que ce cauchemar devienne réalité que nous devons absolument empêcher la mise en œuvre de ce projet d'abaissement de la vitesse à 80 km/h.

La Ligue de la Défense des Conducteurs a élaboré un grand plan de contre-offensive, pour lequel j'ai besoin de votre soutien aujourd'hui.

Voilà ce que nous avons prévu pour faire barrage à ce projet scandaleux, avant qu'il ne soit trop tard :

Pour commencer, je veux envoyer des centaines de milliers de lettres-pétitions à Bernard Cazeneuve, pour lui montrer que les Français ne sont pas dupes de son "expérimentation".

Mais surtout, nous allons, nous aussi, passer à l'action sur le terrain.

Nous devons empêcher par tous les moyens le gouvernement et ses pseudo-experts de faire leur "cuisine expérimentale" dans leur coin, en délivrant les conclusions qui les arrangent sur le 80 km/h.

Et pour ça, nous allons, avec votre aide :

1. Faire le siège du ministère de l'Intérieur, pour obtenir les modalités exactes de l'expérimentation.

2. Former notre propre groupe de contre-experts, pour ne pas laisser le champ libre aux pseudo-experts du CNSR.

3. Etre présents sur les zones-tests, et mobiliser les membres de la Ligue de Défense des Conducteurs, pour surveiller la manière dont cette opération est menée.

4; Envoyer des centaines et des centaines de milliers d'e-mails et de courriers à travers le pays, pour informer le plus de Français possible de ce qui se cache derrière "l'expérimentation" du 80 km/h.

Pour organiser tout cela, notre équipe se démène au quotidien. Et avec ce plan de bataille, je le sais, nous pouvons forcer le gouvernement à renoncer à son projet de généralisation du 80 km/h. Ce ne sera pas facile, mais avec votre aide, c'est possible.

Vous vous en doutez, pour mener à bien toutes ces actions, il nous faut aussi pouvoir les financer. Je dois pouvoir organiser les déplacements sur le terrain, diffuser par millions ce message et notre lettre-pétition pour contrer la propagande du gouvernement… Tout ça coûte cher. Et nous devons agir vite.

Aussi, si vous avez la possibilité de faire un don à la Ligue de Défense des Conducteurs, ce serait une grande aide pour mettre en œuvre toutes les actions nécessaires à la réussite de notre contre-offensive contre le 80 km/h.

N'oubliez pas que pour mener à bien ce plan de bataille, il ne faut sauter aucune des étapes que je vous ai détaillées ci-dessus.

La première d'entre elle, c'est de signer notre lettre-pétition à Bernard Cazeneuve, pour lui dire que les Français ne veulent toujours pas du 80 km/h, et qu'ils ne sont pas dupes de sa soi-disant expérimentation.

Mais la seule chose qui permettra vraiment de faire barrage à la généralisation du 80 km/h, c'est le déploiement de notre plan d'actions sur le terrain.

Et ce plan, je ne pourrai pas le mettre en œuvre sans soutien financier de votre part.

Je permets d'insister car nous allons avoir besoin de tenir bon pendant des semaines, voire peut-être des mois, contre le gouvernement, pour pouvoir faire barrage efficacement à son projet.

Toutes les victoires que nous avons pu remporter jusqu'à présent - empêcher la généralisation du 110 km/h sur autoroute –là aussi, tout avait commencé par une "expérimentation !" – ou en juin dernier, quand nous avons empêché une première fois la généralisation du 80 km/h…

…Toutes ces victoires, nous avons pu les obtenir uniquement grâce au soutien financier de conducteurs et citoyens responsables et engagés, tels que vous.

Des citoyens qui, comme vous, refusent les manipulations scandaleuses opérées par les pouvoirs publics, et qui s'engagent à les combattre pour tous les moyens.

Mais vous le savez : sans don, il n'y a pas d'action possible. Et c'est tout notre combat qui peut s'arrêter du jour au lendemain.

Chez nous, pas de subventions qui tombent automatiquement chaque année. Et c'est d'ailleurs cette indépendance qui nous permet de lutter contre les abus des pouvoirs publics, pour défendre au mieux les intérêts des conducteurs que nous représentons.

Alors, s'il vous plaît, aidez-nous à mener cette grande contre-offensive contre le plan du gouvernement d'abaisser les limitations de vitesse, pour piéger et taxer massivement les conducteurs. Cliquez ici pour atteindre la pétition puis la page de don de l'association, totalement sécurisée.

Elle vous permet soit de faire un don par carte bancaire ou Paypal, soit de remplir un formulaire pour nous adresser votre don par chèque ou prélèvement.

Vous pouvez choisir de donner 20, 30, 50 euros, ou même plus. Avec 30 euros, je peux lancer dès à présent le top départ de notre plan d'actions sur le terrain.

Et dites-vous bien que quel que soit le montant de votre don, ce sera une aide précieuse pour faire barrage au projet du gouvernement de prendre les conducteurs en tenaille entre sa baisse généralisée de la vitesse et ses radars-pièges.

Par avance, merci pour votre engagement à nos côtés.



Cordialement,

Christiane Bayard

Secrétaire générale

01 40 01 06 51

23 avenue Jean Moulin 75014 Paris
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Vendredi 10 Avril 2015, 20:35    Sujet du message: Répondre en citant

Oups le lien pour la pétition:
http://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/non-au-80kmh/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Bobinou
Golfiste expérimenté
Golfiste expérimenté


Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 990
Ville: nowhere in America
Département: 42
Pays: FRANCE

MessagePosté le: Jeudi 08 Octobre 2015, 22:02    Sujet du message: Répondre en citant

Apocalypse Now
Citation:
Que n’y a-t-il eu d’effets de manche il y a un mois quand sont tombés les mauvais chiffres de la sécurité routière ! Ces imbéciles d’automobilistes se relâchent ! On roule trop vite ! Évidemment, en août, les gens ont pris leur véhicule et ont demandé à leurs proches : ‘tiens, et si on se tuait sur la route aujourd’hui ?’ Absurde.

En septembre, la mortalité routière a chuté de 17,4 % et, bizarrement, personne ne trouve à s’en réjouir. Personne n’y consacre de reportage édifiant. Le personnel politique et les associations anti-vitesse observent un silence éloquent. Et pourtant, avec ‘seulement’ 262 morts selon le bilan provisoire (il sera définitif après 30 jours), 2015 connaît le mois de septembre le plus sûr depuis pas mal de décennies. On a sorti les cotillons à Matignon ? Certainement pas.

En effet, ce bon bilan intervient quelques jours à peine après la divulgation du plan du CISR du 2 octobre, commission présidée par Manuel Valls. Ce plan comporte notamment un lot de mesures ineptes et liberticides jamais vu.

– Un patron ne veut pas dénoncer son employé pris en excès de vitesse avec un véhicule de sa société mais non identifiable ? Il encourra une amende de 650 €. Débile : une dénonciation ne constituant pas une preuve, l’employé concerné n’aura qu’à contester pour avoir gain de cause. Les pouvoirs publics refusent toujours de réaliser un vrai travail d’enquête pour identifier ceux et celles qui ont commis une infraction, et ce serait aux citoyens de le faire à leur place ? Fou !

– Pose de 10 000 radars automatiques factices, précédés par des panneaux avertisseurs. Ces cabines pourront de façon aléatoire contenir un vrai radar. Une mesure inutile car comme l’a démontré le magazine Auto Plus dans son numéro 1 413, globalement, la vitesse des usagers n’a augmenté que d’1 %, les excès les plus nombreux (mais faibles) étant enregistrés sur les autoroutes, les axes les plus sûrs. Mesure inutile mais aussi ruineuse : implanter un panneau coûte près de 3 000 €, ce qui donne un total de 30 millions d’euros environ. Et on n’a pas compté les cabines ! Par ailleurs, le nombre de radars embarqués va croître, tout comme celui des appareils multifonction qui pourront contrôler les distances de sécurité, les dépassements dangereux (on en commet beaucoup devant les boîtes à image, c’est sûr…) ou encore les franchissements de ligne blanche. Au total, de 4 200 actuellement, on passera à 4 700 radars dans les 3 ans à venir.
Cela rappelle un évènement écœurant : on a d’abord multiplié le nombre de cabines flashantes sur le périphérique parisien puis on a abaissé la limitation de 80 à 70 km/h. Belle souricière qui a eu pour corollaire une hausse de la mortalité sur ce boulevard circulaire…

– Élargissement du total des infractions constatables sans interpellation. Vous recevrez directement le PV chez vous. Mais comme vous ne serez pas formellement identifié, il sera relativement simple de vous défendre.

– Créations d’une base de données nationale de limitations de vitesse, accessible à tous, que les autorités compétentes pourront enrichir, et coopération étroite “avec les sociétés qui par leur activité peuvent concourir à la sécurité routière (aide à la navigation, téléphonie mobile…). Ça a l’air sympa comme ça, mais c’est franchement inquiétant. La fameuse base de données sera certes utile pour les véhicules autonomes mais aussi pour la mise en place du Lavia, ce dispositif dangereux empêchant les véhicules de dépasser quoi qu’il arrive la vitesse autorisée à un endroit précis. Cela dit, si toutes les voitures en étaient équipées, les radars ne serviraient plus à rien : peu de chances que le Gouvernement l’impose. En revanche, les compagnies d’assurance adorent les ‘boîtes noires’… Et la collaboration avec des entreprises telles que celle qui commercialise le Coyote n’a rien de rassurant non plus. Il faut savoir qu’elles “exploitent” certaines données relevées par leurs dispositifs (voir ici en page 9). Et si la Justice s’y octroyait l’accès pour mieux vous accuser ? Et si votre smartphone devenait votre pire mouchard ?

– Contrôles routiers avec des drones : on ne confondrait pas conducteurs et jihadistes ? Cette mesure délirante (homologuer de tels engins relèvera du casse-tête, et il faudra former les pandores à les utiliser) est surtout là pour ‘impacter les esprits’.

A vrai dire, il en va de même pour la majorité des autres mesures (22 au total), qui ont peut-être pour but de détourner l’attention de la plus scandaleuse d’entre toutes : les voitures contenant des radars embarqués, dont le nombre va croître, pourront être opérées par des sociétés privées ! Oui, vous avez bien lu, c’est un gouvernement soi-disant socialiste qui va privatiser une mission de police… Alors là, je ne vois pas comment nos dirigeants pourront expliquer qu’ils ne cherchent pas à faire rentrer de l’argent sous couvert de sécurité routière. Car les sociétés privées ont un but clair : engranger un maximum de bénéfices, ce que les Forces de l’ordre n’ont pas vraiment envie de faire. Les syndicats de police ont bien évidemment – et fort justement – dénoncé ce plan révoltant, mais cela n’a que très peu été relayé. Par ailleurs, on sait déjà que certaines des sociétés privées chargées d’enlever les véhicules en stationnement illicite et de les stocker ne respectent pas la loi concernant les PTAC, au mépris le plus total de la sécurité des usagers de la route. Certains véhicules sont même enlevés avant même que le PV ait été dressé. C’est totalement illégal mais bon pour les profits. Il semble évident que celles qui vont opérer les voitures-radars enfreindront la loi (notamment celle sur le temps de travail) dans le même but…



En fait, il y a fort à parier que ces mesures étaient prêtes depuis bien longtemps. Il fallait juste la bonne occasion pour les présenter, et le mauvais bilan routier du mois dernier est tombé à point nommé. Tout comme la calamiteuse affaire des diesels Volkswagen sera bien utile pour augmenter les taxes sur le gasoil (en évitant d’abaisser celles sur le sans-plomb, évidemment). Le nombre d’infractions constatées par les radars automatiques ne progresse plus guère. En regardant à plus long terme, on peut imaginer que si le système de contrôle reste en l’état, ce nombre va baisser, mettant en danger la rentabilité de ce système, par ailleurs onéreux à entretenir. Au Royaume-Uni, c’est ce qu’on constate, avec à la clé des désactivations de ‘speedcams’ non rentables (sans aucune conséquence sur la sécurité routière). Il est donc urgent de renforcer l’arsenal photographico-répressif pour assurer sa pérennité financière (près de 600 millions d’euros récoltés par an).

Si seulement les automobilistes et motards avaient eu le bon goût de se tuer en masse sur les routes en septembre pour ne pas donner tort au 1er Ministre… A nous en tout cas de nous mobiliser pour envoyer ce plan révoltant présenté et soutenu par Manuel Valls aux oubliettes !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM -> Le Bar...sans alcool... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 4 sur 5

 
 Sauter vers:   
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Vous pouvez télécharger des fichiers

Copyright Golfistes.com 2005-2013 - Contact administrateur - Déclaration CNIL n°1165810
Powered by phpBB 2.0.19 © 2001/3 phpBB Group - Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Rss  
RSS Golfistes  

Rejoignez-nous
Facebook Golfistes   Google plus Golfistes

Optimisé 1024x768
internet explorer   Mozilla Firefox   Google Chrome